J.P. Morgan Asset Management

La Parole à...22/01/2016

Vincent Juvyns, stratégiste chez J.P. Morgan Asset Management

Avec la publication d’un indice PMI1 manufacturier en dessous des attentes, un nouvel affaiblissement du renminbi et une baisse de 7% de l’indice CSI2 300, la Chine a sans conteste marqué de son sceau la première journée d’échanges de 2016 sur les bourses mondiales. 

Le nouvel an chinois semble ainsi avoir commencé plus tôt que prévu pour les investisseurs et je profite de cette chronique pour vous souhaiter une bonne année du singe! A l’image des mouvements boursiers de ce début d’année, cet animal est décrit par les astrologues chinois comme plein de surprises et facétieux. Si les années du singe ont lieu tous les 12 ans,  une baisse du S&P3 500 de plus 1,5% la première journée d’échanges de l’année n’a heureusement été observée que cinq fois dans l’histoire. Ce n’est en outre pas nécessairement de mauvais augure puisque la performance moyenne du S&P 500 durant ces années s’établit à 3,68% et même à 14,22% si l’on exclut l’année 2008.

On ne peut bien entendu pas se fier à l’astrologie ni au passé pour prédire ce que nous réserve 2016 mais une chose est sûre, la Chine restera encore au centre des attentions. Les sources d’inquiétude ne manquent pas, qu’il s’agisse de la baisse du potentiel de croissance, de l’explosion des crédits au secteur privé ou encore d’une éventuelle dévaluation du renminbi. En outre, les défis que rencontre la deuxième économie mondiale sont, par définition, systémiques et laissent dès lors peu d’investisseurs indifférents même si deux camps s’opposent, les tenants du verre à moitié vide et ceux qui, comme moi, le voient à moitié plein. Même si l’économie ralentit, les autorités chinoises continuent d’assurer la transition du pays vers une économie de services, qui représentent désormais 51% du PIB contre 40% en 2000. En outre, pour soutenir son économie, la Chine dispose encore d’une confortable marge de manœuvre fiscale et monétaire qu’elle a activée ces derniers mois.  Enfin, les craintes d’une dévaluation du renminbi sont exagérées car, même si le renminbi a atteint son plus bas niveau par rapport au dollar depuis 2011, il continue en revanche à se traiter à un niveau plus élevé que la moyenne de ces cinq dernières années face à l’euro ou au franc suisse. Maintenant que le renminbi est auréolé du statut de monnaie de réserve, on ne peut plus uniquement le mesurer à l’aune du dollar mais bien d’un panier devises pondéré par les échanges commerciaux du pays. La PBOC4 a d’ailleurs annoncé, en décembre 2015, que pour piloter sa monnaie elle se réfèrerait désormais à un panier de 13 devises5 dont le dollar ne représente plus que 26,4%. Il nous reste donc à espérer que malgré ses acrobaties, le singe chinois retombe sur ses pieds, comme la plupart du temps !

1 Purchasing Managers Index
2 China Securities Index
3 Standard & Poor’s
4 People’s Bank of China
5 China Foreign Exchange Trade System China New Yuan Index

Ce document est fourni à titre d'information uniquement et les opinions qu'il contient ne constituent en aucun cas un conseil ou une recommandation en vue d'acheter ou de céder un quelconque investissement ou intérêt y afférent. Toute décision fondée sur la base des informations contenues dans ce document sera prise à l'entière discrétion du lecteur. Les analyses présentées dans ce document sont le fruit des recherches menées par J.P. Morgan Asset Management, qui a pu les utiliser à ses propres fins. Les résultats de ces recherches sont mis à disposition en tant qu'informations complémentaires et ne reflètent pas nécessairement les opinions de J.P.Morgan Asset Management. Sauf mention contraire, toutes les données chiffrées, prévisions, opinions, informations sur les tendances des marchés financiers ou techniques et stratégies d’investissement mentionnées dans le présent document sont celles de J.P. Morgan Asset Management à la date de publication du présent document. Elles sont réputées fiables à la date de rédaction. Elles peuvent être modifiées sans que vous n’en soyez avisé. La performance et les rendements passés ne préjugent pas forcément des résultats futurs. Il est à noter par ailleurs que la valeur d’un investissement et les revenus qui en découlent peuvent évoluer en fonction des conditions de marché. Aucune certitude n'existe quant à la réalisation des prévisions.
J.P. Morgan Asset Management est le nom commercial de la division de gestion d’actifs de JPMorgan Chase & Co et son réseau mondial d’affiliés. Veuillez noter que si vous contactez J.P. Morgan Asset Management par téléphone, vos conversations sont susceptibles d’être enregistrées et contrôlées à des fins juridiques, de sécurité et de formation. Les informations et les données que vous communiquerez ponctuellement seront collectées, stockées et traitées par J.P. Morgan Asset Management dans le respect de la Politique de confidentialité (EMOA).
Emis par J.P. Morgan (Suisse) SA, 8, rue de la Confédération, CP 5507, CH-1211 Genève 11, Suisse.